• dimanche 6 janvier 2019
Accueil » Histoire » Ahermoumou, Tazmamart… 2 villages amazighs, symboles de la dictature de Hassan II

Ahermoumou, Tazmamart… 2 villages amazighs, symboles de la dictature de Hassan II

HACHAD

Hachad un des prisonniers de Tazmamart avec son épouse dans le film documentaire  » Vivre à Tazmamart »

Aujourd’hui, démarre la caravane militante qui se rendra à Tazmamart, un village paisible de Sud-Est ou Hassan II, avait construit, la prison secrète la plus horrible du Maroc. C’était un mouroir pour tuer à petit feu les militaires amazighs qui ont participé aux événements de skhirat.

Cette caravane organisé par l’Association d’aide médicale aux anciens prisonniers politiques durera 3 jours. Les militants se rendront au bagne de Tazmamart ou ce qui en reste après avoir été détruit par le gouvernement pour effacer toutes traces de ce bagne digne des geôles de la Gestapo. Au programme aussi, une table ronde sur l’état des droits humains au maroc qui se tiendra à Rich, une petite ville pas loin de Tazmamart qui n’a rien de riche que le nom .

T1

Tazmamart , était une prison secrète pour prisonniers politiques au Sud-Est du Maroc dans l’Atlas. Réputée pour ses conditions d’incarcération très difficiles elle etait consideré comme la pire prison du monde, elle se trouvait dans une zone desertique près d’Er-Rich, entre Errachidia et Midelt, dans la région de Sud-Est .Elle était surnommé  » l’Alcatraz marocain » on raconte qu’il était impossible de s’évader de cette prison a cause du désert très aride ou se situe la prison, la ville la plus proche étant Errachidia a 50 km . Entre 1972 et 1991, Tazmamart est devenu un symbole d’oppression dans l’histoire politique du Maroc contemporain.

Ahermoumou, le village de montagne a aussi payé le prix fort… juste parce que, les mutins venaient de l’école militaire de ce village. Pour penir le village, Hassan II, avait même décidé de changer son nom … qui est devenu  » Ribat El khir » … mais les villageois continuent à l’appeler avec son vrai nom  » Ahermoumou ». Une association a été crée pour demander réparation à l’Etat marocain et à redonner à ce village son nom d’origine.

Ces 2 villages, Ahermoumou et Tazmamart continuent à être marginalisés par le Gouvernement islamiste. Les villageois disent que ce qui tient debout encore, c’est les routes, les ponts et les quelques écoles construites à l’époque de la colonisation française.

T3

La tragédie de tazmamart avait fait l’objet de plusieurs livres, dont celui d’Ahmed Merzouki, qui a passé 18 ans dans ce bagne ,  celui de Aziz Benbine, un autre prisonnier de cet horrible mouroir et « Kabazal, les emmurés de Tazmamart, » Mémoires de Salah et Aïda Hachad.

Partagez cet article avec vos amis

Un commentaire

  1. Je suis intéressé par la culture Amazight
    J’ai travaillé 7 mois à Ifrane

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

5 × quatre =

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.