lundi 26 juin 2017
Accueil » Actualités » Hela Ouardi: La vraie mort du prophète de l’islam… est une vraie tragédie shakespearienne…
3305165lpw-3305790-article-jpg_3430312_660x281

Hela Ouardi: La vraie mort du prophète de l’islam… est une vraie tragédie shakespearienne…

Le prophète de l’islam, victime d’un abus de faiblesse ? C’est ce que laisse entendre la Tunisienne Hela Ouardi dans « Les Derniers Jours de Muhammad ».

3305165lpw-3305790-article-jpg_3430312_660x281

Le Point.fr : Telle que vous la décrivez, la fin de Mahomet est une vraie tragédie shakespearienne…

Hela Ouardi : Effectivement, le prophète de l’islam subit de nombreuses épreuves à la fin de sa vie : il perd son seul fils, qu’il adorait ; il subit des échecs militaires contre Byzance, ce qui affaiblit son autorité auprès des musulmans. Il tombe alors gravement malade, et on lui désobéit, on l’empêche d’écrire son testament, on lui administre des médicaments à son insu … Après sa mort, sa fille Fatima sera violentée et mourra, dit-on, des suites de cette agression. Elle sera aussi déshéritée. Son époux, Ali, sera nommé Calife, mais finira assassiné et leurs enfants seront massacrés. On peut donc parler d’une tragédie.

On l’aurait assassiné ?

D’après les sources musulmanes, à la fin de sa vie il a été victime de plusieurs attentats. Il se méfiait de son entourage d’ailleurs, et quand on l’a forcé à prendre un médicament, il a demandé aux personnes présentes de prendre la même potion. En fait, d’après certains auteurs musulmans, il serait peut-être mort de pleurésie. Mais les plus anciennes biographies musulmanes affirment qu’il aurait été empoisonné par une juive de Khaybar. Cette thèse embarrasse les théologiens qui considèrent qu’elle pourrait nuire au prestige du Prophète. Les docteurs d’Al-Alzhar reconnaissent ainsi qu’il a été empoisonné, mais assurent qu’il a survécu trois ans au poison, preuve de l’intervention divine…

Et on a vraiment abandonné son cadavre ?

Oui, on l’a laissé sans sépulture pendant trois jours, ce qui est plus qu’étonnant dans une région aussi chaude que l’Arabie, où la tradition veut que l’on enterre les morts immédiatement ou presque. Les textes évoquent même la décomposition du corps. Deux hypothèses majeures peuvent expliquer cette situation : d’abord le déni. On ne veut pas croire qu’il soit mort et l’on pense qu’il va ressusciter. Mahomet ne promettait-il pas la fin du monde ? La deuxième raison est plus politique, et c’est celle défendue notamment par les chiites : ces trois jours ont permis à Abu Bakr et Umar d’écarter la famille de Mahomet et de s’organiser pour lui succéder. Il leur fallait du temps pour mettre en place ce qu’on pourrait appeler un « coup d’État » ; certaines sources évoquent la présence de la tribu des Aslam qu’Abu Bakr a déployée dans les rues de Médine comme une milice avant l’enterrement du Prophète pour prévenir tout mouvement de contestation. Car les Médinois, chez qui Mahomet était venu se réfugier avec ses premiers fidèles après avoir quitté la Mecque en 622, ne voulaient plus des Mecquois qui les tenaient pour inférieurs. Ils voulaient désigner eux-mêmes leur chef. Abu Bakr s’est imposé par la suite par le sang en menant ce que l’on a appelé les « guerres d’apostasie ».

Le problème de l’islam naissant tient donc au fait que Mahomet n’a pas pu organiser sa succession…

Il n’avait pas de fils direct, que des petits-enfants, des gendres ou des beaux-pères, Abu Bakr, Umar, Ali et Uthman, qui seront les quatre premiers califes. C’est entre eux que va se jouer la succession. Le pouvoir politique en terre d’islam est encore de nos jours une affaire de famille !

Vous parlez de Médine, mais vous dites aussi qu’il est mort non pas dans cette ville, comme l’affirme la tradition, mais à Gaza…

Les sources non musulmanes contemporaines de l’époque du Prophète attestent de la présence de ce dernier à Gaza en 634. Je dois rappeler que l’arrière-grand-père de Mahomet, Hâchim, serait lui-même mort à Gaza.

Mais pourquoi ces changements de lieu et de date ?

Probablement pour des raisons politiques. Son histoire a été « écrite » pour les besoins d’une légitimation du pouvoir.

Votre livre nous dépeint un vieux prophète manipulé par ses femmes et ses meilleurs amis. Aujourd’hui, on dirait qu’il a été victime d’un abus de faiblesse. Quand commence le culte qui fera de lui « le sceau de l’islam » ?

Sous les Omeyyades, probablement, mais on ne sait pas exactement comment. Le processus a dû être lent. Tous les descendants du Prophète ont alors été éliminés, donc il n’y a plus de risque que s’instaure une dynastie de droit divin. La nouvelle dynastie, qui est originaire de la Mecque elle aussi, mais qui pourtant s’est opposée au Prophète au début de la Révélation, va pouvoir l’utiliser pour asseoir sa légitimité.

Vous avez mené une enquête de type scientifique, votre appareil de notes le prouve. Mais sur quoi vous fondez-vous pour affirmer de telles choses ?

Mais sur la tradition musulmane, bien sûr ! Contrairement à ce que l’on peut croire, tout a été écrit, il suffit de prendre la peine de lire les textes. Mon livre n’est pas une œuvre de fiction. C’est le résultat de trois ans de lecture attentive du Coran, des hadiths, c’est-à-dire les faits et les dires que l’on attribue au Prophète, et des récits biographiques publiés après sa mort.

Mais les historiens remettent en cause la fiabilité de ces sources religieuses qui ont été écrites dans une visée apologétique…

Certes. D’abord, il faut préciser que ces sources, malgré leur manque de fiabilité historique, demeurent incontournables. Si on les ignore, l’histoire de la naissance de l’islam se résumerait à deux phrases. Donc, il faut lire, mais comme des documents et non comme des monuments. Mais d’une part, on retrouve les mêmes faits dans des écrits de sources très différentes et d’autre part, ces textes qui pourraient pratiquer la langue de bois n’hésitent pas à dire des choses étonnantes, parfois même contraires aux intérêts des partis qu’ils défendent. Ainsi, je croyais que le fait que Mahomet soit empêché d’écrire son testament était une « invention » des chiites qui soutiennent qu’il avait choisi Ali pour successeur, mais qu’Abu Bakr et Umar l’en ont empêché. Or, les textes sunnites rapportent aussi cet épisode, ce qui n’est pourtant pas dans leur intérêt. On peut penser qu’il y a là un début de vérité, même si l’historien doit toujours garder une distance critique, évidemment.

Si Mahomet attendait la fin des temps, il ne voulait pas créer de religion. Le vrai fondateur de l’islam n’est-il pas plutôt Abu Bakr?

Effectivement, ses successeurs, et au premier chef Abu Bakr, ont donné un avenir à la religion de la fin des temps. Mieux, en conquérant le Proche-Orient, ils ont donné à la religion de l’arabité, une carrière universelle.

PROPOS RECUEILLIS PAR CATHERINE GOLLIA

Partagez cet article avec vos amis

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

1 + 11 =

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.