mardi 12 septembre 2017
Accueil » Chroniques » Laxisme contre délation…
Abdellatif Agnouche 300

Laxisme contre délation…

Oui, notre police est performante dans la lutte antiterroriste. Oui, nos services se permettent le luxe d’anticiper sur les actes terroristes, et démanteler les cellules dormantes ou éveillées bien avant leur passage à l’acte. Oui, nos fins limiers de la police judiciaire proactive donnent sans cesse des coups de pied dans les fourmilières des jihadistes en puissance, et arrêtent les affidés de Da’ech et consorts avant même que l’idée d’aller en Syrie et dans d’autres points noirs de la planète ne germe dans leurs petites têtes de paumés. 

Mais je sais, et tout le monde sait, qu’aucun service spécial dans le monde, ne peut à lui seul, faire de telles performances sans s’appuyer sur les citoyens. Ce sont les citoyens qui ont le pouvoir de donner asile à leurs concitoyens terroristes ou apprentis terroristes, les protéger, les encourager et les soutenir. Et ce sont les citoyens qui peuvent les « exiler », les maîtriser, et les dénoncer. Une police coupée de ses concitoyens est totalement désarmée face à la criminalité, au grand banditisme et surtout au terrorisme. Le risque zéro n’existe pas, mais tant que les citoyens sont les alliés des services, les risques sont hautement réduits. C’est ce qui semble différencier les approches européennes de l’approche des services de police de notre pays. Chez nous, les citoyens lambda ne tolèrent pas le terrorisme pour sa violence aveugle, et cela fait le bonheur de l’Etat et de ses services. Et c’est tant mieux.


Mais, on est en droit de se demander si la collaboration des citoyens à l’effort de la lutte antiterroriste n’a pas de prix ? Si la délation et l’espionnage des voisins ne sont pas payés pour service rendu ?
Je n’arrive pas à ne pas faire le lien entre cette réalité de la lutte antiterroriste chez nous, et la désinvolture des « milices privées » qui se permettent d’attenter aux libertés individuelles dans l’impunité la plus totale. Je n’arrive pas à ne pas faire une fixation sur ces « milices » qui usurpent les attributs des autorités chargées de l’application de la loi, et attaquent les homosexuels, les prostituées, les voyantes et les jeunes filles légèrement vêtues. Je n’arrive pas à ne pas penser que c’est peut-être là le prix que l’Etat doit payer à des citoyens zélés dans la délation et la dénonciation à la fois des apprentis terroristes, et des simples citoyens qui ne leur ressemblent pas.


Que j’aie raison ou j’aie tort, la démarche de l’Etat ne me paraît pas la bonne pour l’avenir et le devenir de la société marocaine. L’Etat est en train de perdre son âme en renonçant à son attribut essentiel, celui du monopole de l’usage de la violence légitime. Il pourrait le payer très chèrement.


Allah Yehfed…

Partagez cet article avec vos amis

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

trois × deux =

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.