• vendredi 11 janvier 2019
Accueil » Culture » Mhamed Lachkar: “COURBIS, mon chemin vers la vérité et le pardon”

Mhamed Lachkar: “COURBIS, mon chemin vers la vérité et le pardon”

lachgar 2 lachkar

Hocima (Amazigh24)- Le livre porte le nom: “COURBIS, mon chemin vers la vérité et le pardon”. Il  décrit l’enfer qu’a connu Mhamed Lachkar avec des centaines d’autres détenus dans l’un des centres de détention secrète du Maroc, de l’époque des années de plomb. Entre août 1973 et février 1974, Mhamed Lachkar, qui était étudiant en médecine a vécu un terrible emprisonnement. Il avait 23 ans, quand sa vie, comme celle de milliers d’autres marocains de sa génération, a basculé dans l’horreur. Arrêté, battu, soumis à la torture, les autorités policières essayèrent d’abord, sans succès, de lui faire avouer des activités contre le régime, avant de le détenir en secret pendant plus de six mois d’abord au Derb Moulay Cherif, ensuite au Courbis. Il subit toute sorte de tortures physiques et psychiques.

Courbis est également un récit contre la haine, pour l’auteur il s’agit là de faire passer un message d’amour à travers la mémoire d’un homme libre et sans rancune, qui cherche à sa façon de lutter contre l’oubli, de refuser le silence et le repli sur soi. Mais c’est aussi un message d’espoir qu’il adresse à tous les jeunes de son pays, pour qu’ils s’attellent à construire un autre Maroc, celui de la liberté et du respect de la personne humaine.

Biographie de Mhamed Lachkar

Mhamed Lachkar est un amazigh rifain, né le 17 mai 1950 à Alhoceima où il a poursuivi ses études primaires et secondaires qu’il termina à Tétouan. En 1970, il rejoint la faculté de médecine de Rabat où il s’engagea dans l’UNEM en tant que militant de la gauche radicale. En 1973, il fut arrêté par la police puis détenu pendant plusieurs mois dans plusieurs centres secrets dont Derb Moulay Chrif et Courbis. En 1980, il revient travailler dans sa ville natale comme médecin chirurgien, d’abord à l’hôpital public et en suite dans sa propre clinique privée. En parallèle, il continua à participer de façon très active dans la vie civile et associative. En 1995 il créa l’ONG Asasha, qu’il continue toujours à diriger. Il est membre actif de plusieurs réseaux associatifs internationaux. L’auteur publie régulièrement des articles d’opinion et d’analyse sur son blog de Mediaprt.fr. Mhamed Lachkar est marié, il a trois enfants et deux petits enfants.
Partagez cet article avec vos amis

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

deux − un =

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.