• mercredi 9 janvier 2019
Accueil » Chroniques » Qui peut prétendre devenir Miss kabylie?

Qui peut prétendre devenir Miss kabylie?

La pauvre jeune fille qui a cru avoir gagné sa place au podium dans un concours de beauté, doit certainement se dire quelle mouche l’avait piquée pour oser mettre le nez la ou les chauvinismes sont embusqués. Il suffit d’un rien pour que notre « pyromania » remonte en surface. Elle ne savait pas qu’elle allait faire le buzz. La réaction de certains de nos compatriotes sur le refus de la lauréate de s’exprimer en kabyle est légitime. Tout être humain normalement constitué ressent naturellement une fierté quant une star s’exprime dans sa langue maternelle. Il faut par ailleurs modérer la teneur des propos exprimés à cet effet car, rien ne peut justifier les extrêmes. Il faut bien lire le titre de cette compétition ! S’agit-il de « Miss kabyle » ou de « Miss Kabylie » ? La nuance doit évidemment être mise en évidence. « Miss Kabyle » a mon avis, exige de la candidate d’avoir une origine kabyle et c’est le ba à ba des critères. Dans ce cas, la connaissance  de la langue est souhaité mais pas requise. En revanche s’il s’agit d’élire « Miss Kabylie », les critères de sélection s’imposent d’eux même. La résidence et la maitrise de la langue kabyle son indiscutable. En définitif, tout ce brouhaha devrait inciter nos compatriote à débattre plus du manque de professionnalisme, inexpérience des organisateurs, lesquels, comme par enchantement sont a l’abri et épargnés par la tornade de médisances que cette « événement » a provoqué. En tant que Amazigh, kabyle, je suis dans mon droit d’exprimer ma déception d’entendre une réponse disgracieuse d’une jeune fille, dont la beauté l’a vraisemblablement aveuglé au point d’oublier son origine. Mais, donner une dimension exagérée à cet incident relève de l’irresponsabilité de ceux qui colportent des messages belliqueux envers des kabyles affectés qu’on accuse à tord de racistes. . Le journaliste qui en a fait la une de son journal on ligne semble ignorer la braise sur laquelle notre société est assise. Pauvre journal qui puise sa matière sur les pages facebook.

Partagez cet article avec vos amis

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

7 − deux =

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.