• mercredi 23 janvier 2019
Accueil » Histoire » Souvenir: Rouicha, 4 ans déjà !

Souvenir: Rouicha, 4 ans déjà !

Khenifra (Amazigh24)-  Il y’a une année jour pour jour le Roi de la chanson du Moyen Atlas nous a quitté. Ces chefs-d’œuvre seront éternels . Son héritage musical est perpétué par des dizaines de jeunes artistes de cette région de Tamazgha. Rouicha avait tiré sa révérence en laissant un héritage incroyable qu’il faudrait valoriser.

Mohamed Houari,dit Mohamed Rouicha, (né le 1er janvier 1950 à M’Rirt – mort le 17 janvier 2012 à Khénifra) était un chanteur Amazigh marocain spécialiste de loutar, un instrument de musique amazigh.

Issu d’une famille modeste, il quitte l’école « Dyour Chiouks » de Khénifra à l’âge de 11 ans. Il commence à jouer à Loutar en 1964, notamment dans des cercles traditionnels de musiciens. La même année, Rouicha se lance dans l’interprétation de la chanson traditionnelle berbère et produit déjà un premier disque en collaboration de la chaîne marocaine .
Mohamed Rouicha qui pose sa voix de manière chaleureuse, obtient progressivement une renommée dans son pays grâce à des titres cultes. Les thèmes des textes de Rouicha évoquent dans un style populaire purement traditionnel, l’amour, la nature, la justice (que ce soit dans le monde profane ou religieux), la politique, la vie et la mort.
En 2004, il se produit avec ses musiciens dans les ruines amazigho-romaines de Volubilis dans le cadre du Festival de Fès des musiques sacrées du monde
En juillet 2010, il est invité à chanter pour inaugurer le festival des Gorges de Tinghir qui a eu lieu le 28, 29 et 30 juillet dans la commune de Tinghir. Un rendez-vous qui lui tient très à cœur dans la mesure où sa mère est originaire de cette commune de plusieurs dizaines de milliers d’habitants. En effet, avant même de commencer à jouer à Loutar, il n’oublie surtout pas de le rappeler avec cette phrase : « mimiss n’moulay Lahcen, mimiss n’lala Aicha iliss n’moulay Hanafi oult tdoght. », littéralement traduit : « Fils de Moulay Lahcen, fils de Lala Aicha fille de Moulay Hanafi originaire de Toudgha. », une phrase qui rappelle que l’artiste ne fait que revenir aux sources pour jouer dans la région dont sa mère est originaire, à savoir la vallée du Toudra.
Après une carrière de près de 50 ans, Mohamed Rouicha est décédé, le mardi 17 janvier 2012 suite à une détérioration fulgurante de son état de santé le matin de ce même jour et a succombé avant même son arrivée à l’hôpital.

L.L

Partagez cet article avec vos amis

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

quatre − 4 =

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.